Suburbain

Echangeurs, lotissements, zones commerciales, alignements de ronds-points… Depuis les années 60, la ville s’est mise à dévorer la campagne.

 

Quelle'idée bizarre d'installer en plein champ un drôle de magasin en parpaing et en tôle, pendant que des milliers d'

hectares de terre fertile disparaissent sous le bitume des parkings et des rocades, la départementale devient une belle quatre-voies.

Tous les dix ans, l'équivalent d'un département français disparaît sous le béton, le bitume, les panneaux, la tôle.

Pas un bourg qui n'accueille le visiteur par un bazar bariolé

Les centres-villes étant devenus inabordables, les familles pas très riches – elles sont la grande majorité – sont condamnées à l'exil périurbain. Et elles le resteront tant que manquera une bonne offre résidentielle collective.Nous avons nos hangars commerciaux et nos lotissements. Les pare-brise de nos voitures sont des écrans de télévision, et nos villes ressemblent à une soirée sur TF1 : un long tunnel de publicité (la zone commerciale et ses pancartes) suivi d'une émission guimauve (le centre muséifié).

 

extraits de " Comment la France est devenue moche" Xavier de Jarcy et Vincent Remy

© 2015 par Jean-michel Dauba / créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now